Au Guet !

Où Mucius s’amuse à écrire un petit exercice de style autour d’un PNJ courant…

Je parle souvent, dans mes articles, de détailler mes PNJs… De quoi s’agit-il ? Certainement pas de caractéristiques. Habituellement, tous mes monstres de même puissance approximative auront les mêmes… surtout la valetaille du genre “soldat gobelin” ou “orque en maraude”. Je donnerai tout au plus l’illusion de la différence, directement à la table de jeu, en faisant comme si l’un avait plus de points de vie que l’autre, ou comme si leurs armes étaient différentes (bien que de même taille).

Pour tout PNJ qui est supposé interagir avec les PJ autrement qu’en combat, j’essaie de leur inventer une personnalité… ça tient en quelques mots Un tic de langage, une tranche de vie… Pas quelque chose du genre “aime le fromage” non plus, hein, mais quelque chose qui pourrait entrer en jeu au cours de la partie : “simplet”, “vieux”, “alcoolique”, “dévot”, “jeune papa”, “sourd d’une oreille”… C’est quelque chose qui donne vraiment vie au monde, aux yeux des joueurs.

Avec le temps, on arrive à improviser ce genre de traits de caractère… Mais on peut tout à fait les écrire à l’avance.

Rien n’est plus vrai lorsque je mets en scène ce sempiternel cliché des forces de police de toute agglomération médiévale qui se respecte, le “garde de niveau 1″. Voilà une dizaine de gardes “tout prêts” en guise d’exemple, chacun avec un trait de caractère qui peut se révéler important en jeu. On me pardonnera d’avoir emprunté mon titre à Terry Pratchett, d’autant que cet auteur a su différencier chacun des agents du Guet d’Ankh-Morpork (et d’autres) qui apparaît dans ses romans !

Vous allez voir, c’est très rapide.

Aventurier : Ce garde a une vocation frustrée d’explorateur, et adore ce qu’il appelle “l’investigation”… Il a rejoint le guet local, et s’arrange pour “patrouiller” dans tous les endroits possibles, des couloirs du palais aux champs autour de la ville, y compris des endroits où il n’aurait pas dû aller. Peut-être possède-t-il des informations intéressantes…

Espion : S’arrangeant pour être détaché auprès de gens “importants”, il a tendance à coller l’oreille à la porte qu’il est supposé garder. Il est en fait à la solde d’un pays étranger… Si le Roi part en guerre, il fera parvenir ses secrets à l’ennemi. Surpris en flagrant délit, il n’hésitera pas à tuer les témoins, et c’est un meilleur combattant qu’il ne le laisse paraître !

Vétéran : Comme la plupart des gardes royaux, c’est un ancien soldat, et il a survécu à quelques batailles. Il raconte ses histoires de guerre continuellement, jusqu’à ce que ses collègues le pressent de s’arrêter. Plutôt vantard, il a une haute opinion de lui-même, mais il n’est pas meilleur que les autres : Il a eu de la chance que les flèches passent à côté, c’est tout.

Délateur : Toujours prêt à accuser ses collègues lorsqu’ils “assouplissent” le règlement, il est de ce fait très impopulaire… Même auprès de ses supérieurs, qui le trouvent utile, mais malsain. S’il est en difficulté, il y a fort à parier que les autres gardes ne se dépêcheront pas d’aller l’aider, même s’il garde des “prisonniers dangereux”.

Blasé : Ce garde trouve ses devoirs profondément ennuyeux, et ne reste que pour le solde qu’il reçoit. C’est mieux que de travailler à la ferme… Il lit et relit une douzaine de livres d’aventure (en service, s’il ne risque pas de se faire prendre) et souhaiterait presque qu’il se passe “enfin” quelque chose. Il s’est endormi plus d’une fois à son poste.

Gorille : Il est videur dans une taverne locale, la nuit. C’est l’un des meilleurs combattants du guet, l’un des plus intimidants, et il sent quand une bagarre va éclater… Il a aussi des liens (lointains mais réels) avec la pègre, et peut, à l’occasion, fermer les yeux sur certaines choses tant que personne ne risque de se faire tuer. Si le capitaine l’apprenait…

Séducteur : Plutôt beau, toujours galant et très intéressé par la compagnie des femmes, il n’hésitera pas à les flatter pour obtenir leurs “faveurs”. Et ce ne sont pas que les pauvres servantes qui succombent à ses charmes. Certaines dames de compagnies seraient déshéritées si on l’apprenait… Il s’absente souvent de son poste pour certaines “escapades”.

Drogué : Complètement accroc au venin d’araignée (ou une drogue quelconque et rare), il dépense la majeure partie de sa paie pour obtenir sa dose. Il se sert parfois de son statut pour racketter, voler, ou s’adonner à la prévarication… Mais ses jours sont comptés. Tôt ou tard, il fera une overdose, se fera tuer par la pègre, ou exécuter pour ses crimes.

Terroriste : Nourrissant une haine farouche de l’aristocratie, ce garde fait partie d’une organisation révolutionnaire secrète ! Obtenir ce boulot est le travail de toute une vie, car il sait qu’en tant que garde, il aura l’opportunité d’assassiner plusieurs nobles haut-placés, peut-être même le suzerain local ou un membre de sa famille…

Roturier : Méprisant les riches et les nobles qui semblent croire que la loi leur appartient, il ne sert que la justice… Ou au moins sa vision de la justice. Ses préjugés le feront soupçonner en premier lieu les riches et les puissants, et croire innocents les gens du peuple. Il connait les “vues” du garde précédent, mais n’est pas au courant de ses plans.

Et voilà. Ce n’est pas difficile, et ça ne mange pas de pain… Ajoutez à cela une liste de noms et prénoms cachée derrière votre écran comme support d’improvisation (pour éviter que tous vos PNJs s’appellent Bob, Hans ou Johnson…) et vous êtes parés.

Bon jeu !

  1. Excellent, et pratique ! Bis !

  2. Depuis que j’ai bien parcouru le Blog, et particulièrement cet article, la qualité de mes campagnes a largement évolué. J’ai toujours cherché a avoir des PNJ intéressant, car si les PJ sont les héros, ils ne peuvent rien faire si le monde autour d’eux n’est pas vivant, et par vivant, il faut entendre original, diversifié, réaliste, et évolutif.

    Maintenant, quand je crée un PNJ, je lui met toujours quelques mots de caractères, et un très très rapide historique.

    Et pour les PNJ que je dois sortir de mon chapeau en deux secondes, je me suis fait une petite feuille avec des traits de caractères divers et j’en pioche 1, 2 ou 3 au hasards, en fonction de l’importance que je veux donner au PNJ nouvellement créée.

    Cette dernière feuille a demander un peu de travail, mais ça aide vraiment bien pour donner du relief a l’univers.

Reply to Trajan ¬
Cancel reply


NOTE - You can use these HTML tags and attributes:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>